Un peu d’Histoire :

Les 3 jours traditionnels des Rogations : préparation à la fête de l’Ascension.
Le jeudi de la fête était précédé, le lundi, mardi et mercredi, par la procession des Rogations à travers les champs pour implorer la protection du ciel sur les cultures.

Le lundi des Rogations était une férie majeure, les deux autres jours des Rogations des féries simples. Les fidèles, pendant les Rogations, observaient le jeûne afin de se préparer à la célébration de l’Ascension. Le concile de Tours en 567 a confirmé l’obligation de ce jeûne. La préparation à l’Ascension semble ainsi avoir une analogie avec la préparation de Pâques. Rogations, du latin "rogatio "veut dire « prière de demande », qui a pour objet de demander à Dieu un climat favorable, une protection contre les calamités et peuvent être accompagnées d’une bénédiction de la erre.

Origine des Rogations. L’origine des Rogations a eu lieu en Gaules, un peu après le milieu du V° siècle. L’Église de Vienne avait alors saint Mamert pour évêque. Des calamités de tout genre étaient venues désoler cette province ; l’évêque, désirant relever le courage de son peuple, prescrivit trois jours d’expiation durant lesquels les fidèles se livreraient aux œuvres de la pénitence, et feraient la procession des Rogations en chantant des psaumes. Les trois jours qui précèdent la fête de la montée du Christ au ciel furent choisis pour l’accomplissement de cette pieuse résolution. Sans s’en douter, l’évêque de Vienne jetait ainsi les fondements d’une institution que l’Église entière allait adopter. Saint Césaire d’Arles, au commencement du VI° siècle, en parle comme d’une coutume sacrée déjà répandue au loin. .

Histoire des Rogations. Les Rogations avant l’Ascension s’étendirent rapidement des Gaules dans toute l’Église d’Occident. Elles étaient déjà établies en Espagne au VII° siècle, et elles ne tardèrent pas à s’introduire en Angleterre, et plus tard dans les nouvelles Églises de la Germanie, à mesure qu’elles étaient fondées. Rome elle même les adopta à la fin du VIII° siècle, sous le pontificat de saint Léon III.

- Tradition de la Fête de l’Ascension du Christ à Venise : Fête de La Senza.
Le jour de l’Ascension, on célèbre à Venise la fête de La Senza qui commémore l’expédition du Doge Pietro II Orseolo sur les côtes de Dalmatie, qui apporta à Venise la maîtrise de l’Adriatique en l’an 1000. La fête de la Senza fut instituée en 1173. Embarqué sur sa prestigieuse galère dorée richement parée, le Bucintoro, le Doge quittait la lagune pour la mer et procédait aux épousailles de la Ville et de la Mer, Sposalizio del Mare. Il jetait dans l’eau un anneau d’or et prononçait la déclaration : "Je t’épouse, ô Mer, en signe de vraie et perpétuelle domination".
Puis le Doge entrait dans la Basilique Saint-Marc pour une messe solennelle, entouré de tous les prélats et des chœurs qui glorifiaient le Seigneur. La tradition de la sortie en mer et de la messe solennelle du jour de l’Ascension persiste aujourd’hui, en présence non plus du Doge, mais du Maire de Venise.

Haut de page