Samedi 1° Novembre TOUSSAINT

Voici la joie de la TOUSSAINT : Dieu agit. Dieu donne la vie. Dieu donne la sainteté. Dieu sanctifie.
Des hommes et des femmes ont consenti de toutes leurs forces à cette action de Dieu, à l’œuvre de l’Esprit qui nous conforme au Christ.
La fête de la Toussaint proclame que le mystère est à notre portée. Il s’agit de consentir de tout notre être. Dieu, lui, agit. En compagnie des saints nous goutons la vie dans l’Esprit, sa joie, sa force et sa paix, sa puissance de création et de résurrection.

Souhaiter une bonne fête à l’un de ses proches nous donne, outre son anniversaire, un motif très doux de lui témoigner notre affection et lui dire qu’il compte pour nous. Par le nom qu’il a reçu, par le nom par lequel nous l’appelons, il est unique. Dans sa fête, bien simplement nous nous réjouissons du rayonnement de sa présence. Elle nous enracine dans la vie.
Et l’Eglise aussi dans la fête des saints, goute avec joie le rayonnement de leur vie. Par eux, par le témoignage de leur existence, par leur amitié, elle se sait bien
simplement enracinée dans la vie, dans la vraie vie, la vie que nous donne le Créateur, la vie à laquelle il nous appelle à la ressemblance de son Fils Jésus, lui qui est l’image parfaite du Dieu invisible, lui qui est le rayonnement de sa gloire.

La sainteté est bien la propriété spécifique de Dieu, si l’on pouvait parler ainsi de qualités pour Dieu. Il est justement le tout-autre, celui qui porte toute vie, tout être, toute création. Il est celui sans qui rien de ce qui existe ne peut subsister. Il est celui dont l’attention bienveillante sait s’effacer dans son mystère pour ouvrir à chacun
le champ de sa liberté. Il est celui qui ne retient rien pour lui, qui est don sans retour et qui constitue ainsi chacun dans sa dignité de sujet, cette dignité qui porte
l’empreinte de sa transcendance.

En Dieu, dans sa sainteté, pas de mélange. Il est pur rayonnement d’amour et de vie. Dans la vie qu’il crée et qu’il donne, lui-même se donne.
Et du coup nous comprenons : cette vie qu’il donne il la veut sainte. Et comme
il nous a créés libres, cette sainteté est pour nous une vocation. En elle notre liberté est mobilisée.
En elle notre liberté trouve sa plénitude, son achèvement, son accomplissement.
Cette vocation à la sainteté est donc universelle. C’est notre vocation baptismale. « Le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus le Christ, nous a choisis dans le Christ, avant que le monde fut créé, pour être saints et sans péché, devant sa face, grâce à son amour. » Eph1, 4
La sainteté des baptisés est de répondre à ce choix : « De même que celui qui vous a appelés est saint, vous aussi devenez saints dans toute votre conduite parce qu’il est écrit : Soyez saints car moi je suis saint. » 1P1, 15-16
Le concile Vatican II s’est plu à rappeler l’universalité de cette vocation que nous contemplons en cette fête de Toussaint : « Contempler la vie des hommes qui ont suivi fidèlement le Christ est un nouveau stimulant à rechercher la cité à venir. Et en même temps nous apprenons par là à connaître le chemin par lequel à travers les vicissitudes du monde et selon l’état propre à chacun, il nous sera possible de
parvenir à l’union parfaite avec le Christ, c’est-à-dire à la sainteté. » LG 50

Voici la joie de la Toussaint : Dieu agit. Dieu donne la vie. Dieu donne la sainteté. Dieu sanctifie. Des hommes et des femmes ont consenti de toutes leurs forces à cette action de Dieu, à l’œuvre de l’Esprit qui nous conforme au Christ. La fête de la Toussaint proclame que le mystère est à notre portée. Il s’agit de consentir de tout notre être. Dieu, lui, agit. En compagnie des saints nous goutons la vie dans l’Esprit, sa joie, sa force et sa paix, sa puissance de création et de résurrection.

Ph. RAST

Haut de page