Saint Cassien

Sa vie.
Pour lire, méditer et prier avec des textes de Cassien

Cassien, Moine, Pélerin du tour de la Méditerannée

Le Danube, Bethléem, le désert d’Egypte, Constantinople, Rome , étapes d’un périple qui aboutit à Marseille
Saint Jean Cassien est né en Dobroudja, actuelle Roumanie vers 360, dans une famille chrétienne où il reçut une excellente éducation classique. Très jeune, il fut moine à Bethléem. Vers 385, il partit pour l’Égypte avec un fidèle compagnon, le prêtre Germain, et y passa une quinzaine d’année à visiter les monastères, alors à leur apogée.

Vers 400, il se rendit à Constantinople, où Saint Jean Chrysostome l’ordonna diacre. Durant les persécutions que subit ce grand saint, Cassien se montra son disciple fidèle et reçut de son maître une mission auprès du Pape à Rome. Il semble que Cassien revint en Orient et que vers 415, après une seconde mission à Rome, il s’établit à Marseille après sa rencontre avec Lazare d’Aix et à la demande de l’évêque marseillais Proculus. A la tête de la communauté monastique qui lui est confiée, il se fixe à proximité des martyrs de Marseille et de la memoria qui renfermait la dépouille
de Saint-Victor, une grotte, souvenir de sa terre natale. A la demande de Castor, évêque d’Apt, il composa vers 417 les Institutions cénobitiques, où il exposait son expérience des usages monastiques.

Il écrivit ensuite ses célèbres Conférences. Il adressa les dix premières à Léonce, évêque de Fréjus, et à un certain Hellade, et les sept suivantes à Honnorat, abbé de Lérins devenu alors évêque d’Arles. Sur les instances du futur pape Saint Léon 1", Cassien composa un traité sur l’Incarnation contre Nestorius, patriarche de Constantinople. Il mourut vers 435. On le fête à Marseille le 23 Juillet et le 29 Février dans l’Église orthodoxe.

Haut de page