Père Yves Mercredi des Cendres 2015

Mercredi des Cendres
18 février 2015

Livre du prophète Joël 2, 12-18
Psaume 50 (51)
2ème lette de saint Paul aux Corinthiens 5, 20-6,2
Evangile selon saint Matthieu 6, 1-6.16-18

Nous entrons aujourd’hui dans le carême. Je me souviens qu’un jour, avec les enfants du catéchisme, j’ai essayé de nous représenter le carême à partir de mots commençant par la lettre P.

« Quand tu fais l’aumône… » Le Partage ! Nous y serons invités, pour reconstruire une église détruite au Niger, pour aider des frères en difficulté. A nous de trouver le geste discret de notre main droite, ignoré par notre main gauche.

« Quand tu pries… » La Prière ! Dans un monde où l’on court tout le temps, apprenons à prier en marchant, peut-être en coupant la radio pour faire silence, en prenant un livre de méditations, en lisant l’Évangile, en récitant lentement une prière… Prière comme pause, pour déposer ce qui nous pèse aux pieds du Seigneur

« Quand tu jeûnes… » La privation, peut-être de nourriture, ou de télé, ou de temps passé en étant accroché à ton téléphone. Mais aussi jeûne de paroles inutiles, médisantes, blessantes. Que nos paroles aient du poids, de l’épaisseur : c’est le sens du mot hébreu kadosh, gloire, qui caractérise Dieu…

Et les enfants du KT ont trouvé d’autres mots. Bien sûr celui de Paix. Combien notre monde a besoin de paix ! Et cette paix, Dieu la dépose entre nos mains : « Je vous laisse ma paix, je vous donne ma paix ». Nous le disons à chaque eucharistie… Il nous la confie : « Qu’as-tu fait de ton frère ? »

Saint Paul, dans la 2ème lecture, vient de nous dire : « Nous sommes les ambassadeurs de Dieu. Au nom du christ, laissez-vous réconcilier ! » Le Pardon ! Il est à recevoir de Dieu, qui enlève notre péché, qui a pitié de notre faiblesse. Nous sommes invités nous-mêmes à le vivre envers ceux qui nous blessent et ceux qui ailleurs persécutent…
Et un tout petit enfant, le petit frère d’un enfant catéchisé, nous a dit : « Papa » ! Ah, si le Carême était simplement un temps pour davantage nous découvrir aimé par celui que Jésus nous révèle comme son papa : « Je serai pour vous un père, vous serez pour moi des fils », dit Dieu au prophète Isaïe.

Prophète, voilà un autre mot, c’est-à-dire Porte-parole (encore deux mots en P) Dieu compte sur nous…

Terminons par les mots du prophète Joël, dans la 1ère lecture :
« Réunissez le peuple, tenez une assemblée sainte, réunissez petits enfants. » Un peuple de petits… Merci, Seigneur, de nous donner ces 40 jours pour devenir davantage ensemble ce peuple de petits, tes préférés, que tu aimes avec passion, et tu nous le révèleras au soir du vendredi saint sur la croix.

En attendant la montée lumineuse vers Pâques, qui nous donne le sens, la direction de cette longue quarantaine…

Haut de page