Père Yves : Dimanche 10 janvier 2016 : Baptême du Seigneur

Dimanche 10 Janvier 2016, fête du baptême du Seigneur

Frères et sœurs nous célébrons aujourd’hui le dernier dimanche du temps de Noël, fête du Baptême du Seigneur. Cette fête est le dernier stade de ce merveilleux temps qu’est noël. Le dimanche dernier nous avons célébré l’Épiphanie, qui est la manifestation du Seigneur à toute l’humanité. Cette manifestation continue par la fête de ce jour où Dieu Un et Trine se révèle par le baptême du Christ, c’est la Théophanie. Jésus n’avait certes nul besoin pour lui-même d’un rite supplémentaire, et notamment du rite de baptême. Mais il va rejoindre la foule dans son attente de Dieu. Il y va pour purifier les expressions de ces attentes et les conduire à leur plénitude. Le fils de Dieu vit avec son peuple ce rite dans les eaux du Jourdain où baptisait Jean. Jésus avant de prendre la route pour son ministère public, va purifier les eaux, cet instrument à travers lesquels des générations en générations deviendront enfants adoptifs de Dieu. Dieu vient à travers ce geste prendre ce qui est vital en l’homme pour y mettre de sa vie divine. Selon Luc, interviennent dans ce récit du baptême, « le Saint Esprit sous une apparence corporelle, comme une colombe, descendit sur Jésus ». Puis ajoute qu’« une voix venant du ciel : « Toi, tu es mon Fils bien aimé ; en toi, je trouve ma joie ». Il ne fait de doute pour personne que cette voix est celle de Dieu le Père lui-même. Luc en petite phrase ajoute que Jésus priait durant son baptême. Et souligne que tout le peuple qui venait auprès de Jean « était en attente ».

Cet épisode nous donne des éléments clés de tout baptême à travers lequel l’Église est mère de nombreux enfants. Tout d’abord un peuple en attente. Oui dans chaque baptême, se scelle une alliance entre Dieu et celui/celle qui reçoit le baptême. Mais ce baptême on le reçoit dans la foi de toute l’Église, le peuple de Dieu. C’est à juste titre que l’Église considère le baptême comme la nouvelle naissance dans la famille des enfants de Dieu. Or que fait une famille lorsqu’un enfant vient de naître ? Lui créer au maximum des conditions favorables à son entrée dans la vie, puis lui apprendre à connaître le langage, les membres les us familiaux. Cela s’appelle de la prise en charge de l’être qui vient vers nous. Tout baptisé, sacrement nous met devant cette responsabilité. Deuxièmement, Luc parle de la Parole. Cette Parole c’est fut entendre pour Jésus.. Mais tous ceux qui étaient là l’ont aussi écoutée. La Parole c’est Dieu lui-même. Dans notre baptême, voire dans le parcours qui conduit au baptême, l’Église nous initie à la pratique de la parole, à apprendre la parole de Dieu et prier avec. Les pères de l’Église encourageaient les fidèles à rester en contact permanent avec la parole. Et nous même nous en écoutons parfois les dimanches où nous venons à la messe. Marie et Joseph ont amené Jésus la parole de Dieu dans leur vie. n’hésitons pas de prendre la parole dans nos maisons.. Ne l’abandonnons pas dans la bâtis d’une église. Mettons lui une belle table dans la maison afin qu elle soit présente avec nous. Ne la prenons pas comme une information parmi les pluies d’informations qui nous assaillent à la longueur de nos journées. Mais c’est Dieu lui-même avec nous.
Troisièmement, soulignons la prière  : Oui Jésus prie beaucoup. Tout au long de son ministère, la bible est assez expressive sur la prière de Jésus. C’est dans la prière que Jésus dépose devant son père sa mission, ils en parlent ensemble car lui Jésus est venu non sa propre volonté mais celle de son père. Si nous avons besoin de respirer pour vivre, Jésus a besoin de la prière comme ce va et vient entre lui, le Père et le saint Esprit. Imaginons un peu la vie de Jésus sans la prière ? Elle doit totalement impossible. Avant d’entrer dans sa passion Jésus recommandait à ses disciples de prier. Notre baptême à nous, nous a-t-il permis d’ouvrir les artères de nos cœurs pour y laisser circuler ce souffle de Dieu qu’est la prière ? Demander la grâce de la prière et Dieu ne nous la refusera jamais.
Enfin l’Esprit saint. Il est descendu sur Jésus. Mais déjà il était descendu sur les prophètes, sur la Vierge Marie, il la couvrit de son ombre. Cet esprit Jésus l’a promis et donné à ses disciples. Chacun et chacune de nous la reçu dans les sacrements, mais aussi il habite notre vie et nous éclaire. Il arrive parfois que nous éprouvions trop de confusion dans notre vie, et nous demandons à Dieu de venir nous éclairer par son esprit. L’apôtre Paul dans la lettre à Tite utilise le mot grâce pour parler de ce qu’opère le Saint Esprit dans la vie du chrétien et il dit « La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes, elle nous apprend à renoncer à ‘impiété et aux convoitises de ce monde et à vivre dans le temps présent de manière raisonnable… puis c’est Jésus qui par le bain baptismal nous recréer dans l’Esprit Saint. Quel beau cadeau Dieu nous fait ! Il partage avec nous ce qu’il donne à son Fils car en Jésus nous sommes aussi ses enfants. Lui Jésus, dans notre humanité il nous permet de renaître de l’eau et de l’Esprit Saint pour entrer dans le Royaume de Dieu qui est son intimité trinitaire (Jn 3,5). Voila pourquoi « le ciel s’ouvrit » au baptême du Seigneur, afin que, par le bain de la nouvelle naissance, on découvre que les portes du royaume sont ouvertes aux baptisés. Demandons aussi la grâce d’accueillir l’Esprit dans notre vie et de lui être docile. Par son baptême, Jésus nous donne sa vie. par notre baptême il nous invite aussi au don de la vie. Que puisse cet échange mystérieuse qui opère notre salut invente en nous des nouvelles ouvertures pour vivre notre grâce baptismale comme une mission.
Père Yves Allangomi

Haut de page