Père Xavier : 3 juillet 2016 : 14° dimanche C

HOMÉLIE DU 03 JUILLET 2016

La Parole d d’aujourd’hui nous invite à accueillir la consolation qui vient de Dieu, manifestée par la croix du Christ, consolation que nous avons à transmettre autour de nous.
Accueillir la consolation de Dieu. Dans le livre du prophète Isaïe, cette consolation est annoncée par le prophète :
« Comme un enfant que sa mère console, ainsi je vous consolerai. Oui, dans Jérusalem, vous serez consolés. » Cette insistance du prophète n’est pas inutile, il s’adresse au peuple qui vient de revenir d’exil, mais qui ne retrouve pas la terre d’Israël aussi belle et pieuse qu’il l’avait espéré.
Le peuple a besoin que le prophète lui remonte le moral.
Isaïe annonce une consolation qui vient de Dieu en annonçant une action de Dieu : « Le Seigneur fera connaître sa puissance à ses serviteurs."
Pour accueillir la consolation qui vient de Dieu, il nous faut être prêt à accueillir l’action de Dieu dans notre vie.
C’est aussi ce que dit le psalmiste :
« Venez et voyez les hauts faits de Dieu, ses exploits redoutables pour les fils des hommes. »
Et le psaume décrit ces actions de Dieu :
« Il changea la mer en terre ferme ; ils passèrent le fleuve à pied sec. »
Le psaume renvoie à l’action de Dieu pour libérer le peuple d’Egypte.
Ce que Dieu a fait pour son peuple à l’époque de Moïse, il peut le refaire aujourd’hui pour nous.
Demander à Dieu sa consolation, c’est être prêt à accueillir son action libératrice dans ma vie.

Cette action libératrice va se manifester définitivement dans la croix du Christ.
Saint Paul y fait référence dans sa lettre aux Galates.
Il commence par dire : « Pour moi, la croix de notre Seigneur Jésus-Christ reste ma seule fierté. » Il évoque là le différent qui l’oppose à d’autres prédicateurs judéo-chrétiens qui sont venus voir les Galates en leur imposant tous les rites juifs, notamment la circoncision.
Saint Paul insiste, c’est la croix de Jésus-Christ , et la croix seule qui sauve le Peuple.
L’action libératrice de Dieu, c’est son Fils qui donne sa vie pour nous sur la croix. Nous trouvons là l’élément- moteur qui va transformer notre vie.
Saint Paul continue : « Par la croix, le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde. »
Par sa vie donnée sur la croix, le Christ sauve le monde, désormais marqué à vie par ce don qui lui est fait. Et il m’invite à participer à ce salut en m’associant à la croix du Christ.
Saint Paul ajoute encore : « Ce qui compte, ce n’est pas d’être circoncis ou incirconcis, c’est d’être une création nouvelle. »
Il nous redis l’importance centrale de la croix du Christ dans notre foi.
Par la croix, le Christ nous donne sa vie.
Par la croix, nous apprenons que l’essentiel de nos vies est d’accueillir la vie de Dieu et de donner la nôtre à notre tour.

La consolation qui vient de Dieu, l’action libératrice de la croix du Christ dans nos vies, nous les transmettons autour de nous.
C’est notre mission.
Elle est éclairée par la mission que Jésus donne aux soixante-douze disciples.
Ils sont libérés des biens matériels. Jésus leur recommande de ne pas s’encombrer.
Libres des biens matériels, ils en libèrent aussi ceux qu’ils rencontrent.
Ils n’achètent personne. Leur message est gratuit. Il vaut mieux que le missionnaire ait les mains vides, les mains libres.
Libres, ils sont aussi porteurs de paix. Jésus leur demande de commencer toute visite par cette parole : « Paix sur cette maison ». Cette paix, le missionnaire doit l’avoir en lui. Il est porteur d’une paix intérieure, celle qui résulte de son union au Christ.
Porteur de paix, il la transmet autour de lui.
Les missionnaires annoncent le Royaume « tout proche ».Il le donne à voir en guérissant des malades et en chassant des démons. Ils précèdent le Christ et annoncent sa venue autant par leurs actes que par leurs paroles.
Ils sont libérés du résultat immédiat de leur mission.
L’important n’est pas le pouvoir confié par le Christ, ou que ce pouvoir soit efficace et provoque des conversions. L’important est d’être heureux parce qu’uni au Christ et pour aucune autre raison.
« Réjouissez-vous que vos noms soient inscrits dans les cieux ». Réjouissez-vous d’être uni à Dieu. Rien d’autre ne compte. Consolé par lui, uni à la croix du Christ, nous témoignons à nos frères de ce que nous vivons intérieurement. Voilà le vrai missionnaire.

Père Xavier AUTONES

Haut de page