Père Philippe Pentecôte 23-24 Mai 2015

Voici une belle explosion de l’amour divin.
Jésus est ressuscité. Jésus est vainqueur de la mort. Les apôtres aussi ressuscitent. Leur espérance était morte. Elle est invincible. La vie qui surgit au plus profond de leur cœur, ils ne peuvent la retenir.
C’est un séisme.
Le séisme a commencé au tout début de l’Evangile.
Dieu approche. Dieu est tout proche. Emmanuel, Dieu avec nous. Dieu veut vivre notre vie.
L’inimaginable affleure :
Quand Jésus proclame : « Tes péchés sont pardonnés ! » « Va, ta foi t’ sauvé ! »
Quand Jésus voit la gloire de Dieu faite pour l’aveugle-né et cet aveugle fait pour la gloire de Dieu.
Quand Jésus prend la tenue de service et annonce que le plus grand parmi nous est celui qui sert comme lui Jésus a servi la dignité des hommes qu’il voit comme fils et filles de Dieu.
Quand il accueille publicains, infirmes et pécheurs qui faim et soif de justice, qui attendent la consolation de Dieu, sa tendresse et sa miséricorde
Quand il ne compte pas son temps, quand il donne sa Parole, son cœur et sa présence.
En tout cela Jésus ne donne pas un enseignement. Dieu se donne lui-même.

Dieu se donne dans notre humanité. Comment des hommes ont-ils pu percevoir cette initiative de Dieu ?
Pierre le balbutiait : « Seigneur à qui irions-nous, tu as les paroles de la vie éternelle ?
Jésus pointait le mystère : « Nul ne peut venir à moi si le Père ne l’attire. »
L’Esprit déjà est à l’œuvre dans le cœur des hommes pour leur permettre de reconnaître dans l’homme Jésus le Fils du Dieu très haut, du Saint d’Israël.

Dieu se donne. L’objet de la révélation est Dieu lui-même, non dans des mots, des pensées ou des valeurs mais dans l’existence d’une personne. En Jésus nous contemplons Dieu, le Fils de Dieu
« Qui me voit, voit le Père. » Et en lui Jésus nous contemplons aussi notre vocation de fils.

Cette révélation est unique. Mais le travail de Dieu, le travail de l’Esprit pour que cette proximité nous touche et que nous entrions dans le mystère de l’alliance, Dieu, l’Esprit Saint, le recommence pour chaque homme, chacun des disciples, chacun des apôtres du temps de Jésus.
Et il le recommence aussi à travers les générations pour chacun de nous.

La parole de Dieu est unique pour chacun de nous. Et chacun de nous est unique. Et pour chacun la parole est toujours nouvelle, pour chaque jour de sa vie.

La Pentecôte manifeste ce mystère. Les apôtres, dans la communion qui les unit, sont comme un nouveau buisson ardent. La parole unique du Dieu unique se donne dans la multitude des langues, des cultures.

Voici donc les temps nouveaux pour nous : marcher sous la conduite de l’Esprit.
— - le milieu naturel de l’Esprit est la communion de l’Eglise et aussi le brassage des cultures.
— - Savoir que l’accueil qu’un frère de notre culture ou d’une autre culture fait au don de Dieu dans la foi est parole de Dieu, langage de l’Esprit pour notre vie, pour notre foi.
— -avec ces frères, expérimenter que Dieu écrit dans nos vies avec sa vie, avec le sang du Christ versé pour nous, avec sa passion gravée sur nos cœurs.
— - L’Esprit nous conduit à la vérité toute entière. Cette vérité nous est donnée dans la vie de Jésus. Elle nous est promise, nous marchons vers elle et elle vient vers nous dans la charité de Dieu qui veut transfigurer nos vies.
— - Quand nous témoignons, quand nous proclamons humblement avec nos mots mais aussi et d’abord avec notre cœur l’Evangile qui nous a été donné, quand nous le cherchons de toute notre âme, alors l’Esprit nous conduit dans la vérité que Dieu veut voir s’incarner dans nos vies. Au cœur de ce monde l’Esprit nous inspire les mots qui enflammeront la charité
— - Les fruits de l’Esprit sont paix et joie
PAIX : oubli de soi pour donner toute la place à celui qui se révèle, notre Dieu qui nous aime
JOIE : de se trouver soi-même dans le don de Dieu, dans son appel, dans la vocation qu’il nous donne
— - Voici dans la pureté du cœur le beau combat de l’Esprit pour la vie, la justice dans la lumière du Seigneur

Haut de page