Père Philippe 6 septembre 2015 23° dimanche B

Effata « Ouvre-toi »
Cette parole de Jésus est prononcée sur les catéchumènes dans les dernières étapes de leur cheminement vers le baptême. Tout au long de notre vie baptismale le christ Jésus nous appelle ainsi au jour le jour à la vie, à la vraie vie.
A travers l’expérience de nos anciens nous pouvons imaginer quel abîme de silence enveloppe les sourds comme déjà dans un linceul. Ne plus gouter le concerto en la de Vivaldi, ou encore l’Ave Maria de Bencini, quelle désolation.
Mais toujours chantent dans leurs cœurs les rires des petits enfants et dans les moments plus graves la chaleur de la voix des êtres aimés qui sont partis au-devant de nous.
Mais dans quels abysses les sourds s’éveillent-ils à la vie !
La voix qui voudrait leur donner un nom ne peut les atteindre. La voici bien impuissante pour eux à les faire entrer dans le monde des hommes. L’acte créateur est menacé dans son achèvement et doit certainement trouver d’autres chemins dans le langage de la confiance et de l’amour. A leur tour voici qu’il leur est plus difficile de nommer les êtres et les choses qui viennent à leur rencontre, de donner un sens aux évènements qu’ils traversent, de chercher et d’appeler les êtres qu’ils espèrent.
Pour vivre leur vocation et participer à l’acte créateur de Dieu comme le fit Adam en nommant les êtres que le Seigneur lui présentait, le chemin est plus long.

Dans ce drame, le créateur lui-même est touché, on pourrait même dire agressé par une situation aussi absurde. Les expressions du prophète Isaïe le laissent deviner : « C’est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver. Alors se dessilleront les yeux des aveugles et s’ouvriront les oreilles des sourds. »
La vengeance de Dieu a ainsi d’abord la forme d’une guérison, d’une libération : les ténèbres sont déchirés, - pour nous voici comme une naissance nouvelle, un enfantement, une résurrection : le monde du silence nous laisse émerger à la surface, sous l’immensité d’un ciel nouveau.
Ce terme de vengeance dans le prophète Isaïe est saisissant. La vengeance du Seigneur est de rétablir la création dans sa vraie vocation. Sans pitié Dieu va détruire ce qui détruit l’homme. Dieu va d’abord pardonner pour tisser une alliance nouvelle. Dieu va d’abord ressusciter l’homme en qui il a mis son bonheur et son espérance.

Et le sourd-muet qui est présenté à Jésus, Jésus le choisit comme témoin de l’œuvre de Dieu. Ou, plutôt, le cœur de Jésus met la fragilité et la détresse de cet homme en présence de la miséricorde éternelle du créateur.
Dans son cœur, dans sa chair, ce sourd muet annonce la nouvelle naissance des baptisés.
Le baptisé vient à l’existence parce qu’une voix nouvelle l’appelle, lui témoigne un amour unique qui lui donne une place unique, met en lui une espérance unique qui attend sa réponse et qui recevra cette réponse dans la joie de voir jaillir une vie nouvelle.
Le baptisé grandit dans la vie parce que cet appel est une promesse. La voix qui l’a appelé à la vie est fidèle, elle ne peut taire son espérance, elle se tient toute proche pour s’émerveiller de l’éveil de la liberté, elle n’envahit pas tout l’espace mais elle est au rendez-vous de la vie, quand il faut trancher, choisir, donner sa parole, donner sa vie pour qu’elle porte du fruit.
S’il fait silence c’est pour choisir la voix de son Seigneur.
« Effata » « Ouvre-toi »
Choisis la voix du Seigneur qui t’aime, qui t’attend, qui est là présent, tout proche
« Effata » « Ouvre-toi »
Entre dans le dialogue qui tisse la vraie vie. Retrouve le chemin de la présence du Seigneur au plus intime de toi-même
« Effata » « Ouvre-toi »
Il veut donner un sens à ta vie, et que ta vie soit pleine de sens, pour faire signe à ceux qui sont désemparés et sans repère
« Effata » « Ouvre-toi »
Il te fait entendre sa voix pour que tu le trouves, que tu te trouves toi-même dans cette rencontre, que tu t’oublies toi-même dans cet amour, pour que tu entres dans la joie d’aimer les êtres dans une charité qui ne connaît pas la crainte
« Effata » « Ouvre-toi »

Haut de page