Passion 2015

Que nos vies soient greffées sur le corps du Christ.

Une foule immense acclame Jésus à l’entrée de Jérusalem.
Elle voit en lui un homme providentiel qui va inaugurer une ère nouvelle pour le peuple de Dieu, une ère messianique, éclatante de gloire.
Une foule immense vocifère de plus en plus fort pour qu’on le crucifie.
Cet homme a contesté le Temple, au nom même de la proximité de Dieu, de sa tendresse et de sa miséricorde. Dieu Veut rassembler tous les hommes et il prend des chemins nouveaux. Il enfouit ses pas au plus profond de notre humanité, dans l’abîme de ses détresses. Il porte sur lui son humiliation, nos humiliations.
Une autre foule encore, moins de 2 mois après, 50 jours exactement, pour la Pentecôte, s’étonne, stupéfaite, bouleversée.
Les amis de Jésus affrontent les pèlerins de tous les horizons et les autorités du Temple pour proclamer la puissance de vie que Dieu a manifestée en Jésus,
une vie plus forte que la mort,
un amour vainqueur de toutes les passions de haine,
une liberté que le tombeau ne peut emprisonner,
une parole qui rejoint tout homme dans sa propre langue, au plus profond de son cœur.
Nous sommes rassemblés aujourd’hui par cette foule, par le témoignage que les apôtres lui ont donné, par cette parole toujours nouvelle et unique qui nous atteint au plus intime de l’être pour renouveler notre désir de vivre
Oui, notre liberté est libérée par la liberté de Jésus quand il accomplit la volonté du Père
Oui notre cœur est vivant : une vie donnée est victorieuse par la vie de Jésus livrée sur la croix.
Nous avons été bénis avec nos rameaux.
Nous sommes entrés dans la semaine sainte pour que nos vies soient greffées sur le corps du Christ.

Haut de page