Dimanche 15 Novembre 2015 : 33° dimanche B

La réussite de la création et de l’histoire des hommes n’obéit pas à une sorte de
déterminisme mais surgit de la liberté, la liberté de Dieu qui espère et attend
la liberté des hommes, la liberté des hommes qui font de la place pour Dieu en se faisant de la place les uns pour les autres, une place vraie, une place dans la paix et la justice.

Le monde des hommes ne peut se construire sans leur engagement. Notre histoire est déchirée de crises : une justice nouvelle va naitre. La vie des hommes vaut plus que le sort qui lui est fait. Leur horizon ne peut être oblitéré, enseveli sous la chape de plomb de la violence, du mépris et de la désespérance.

Dieu fait honneur à la vie. Il vient.

Le Seigneur vient

L’initiative de Dieu est de toujours à toujours.
Son premier fruit est l’alliance que Dieu ne cesse de tisser, de nouer et de renouer.
Dès les premières heures de la création Dieu vient visiter le jardin d’Eden. L’homme s’y est caché. Par sa faute il venait de découvrir qu’il était nu.
Des siècles plus tard, Dieu passe devant la tente d’Abraham.
Des siècles plus tard, Dieu entend le cri de son peuple dans la détresse de
l’esclavage chez Pharaon. Il le visite. Il passe au milieu de cette terre de solitude et le peuple doit marquer le seuil de ses maisons.
Dieu ne cesse de visiter ce peuple toujours mystérieusement séduit par ce qui ne peut que l’asservir. Dieu visite son peuple. Il lui envoie prophètes sur prophètes pour le délivrer des idoles et écrire sa loi au plus profond de son cœur. Dieu veut écrire sur des cœurs de chair. Il veut écrire lui-même avec sa vie, son cœur, son esprit, sa chair même de Dieu. Voici donc qu’en son Fils Jésus, l’Emmanuel, il se tient au milieu de nous.
Dieu fait surgir dans la maison de David la force qui nous sauve. Dieu visite et
rachète son peuple. Jean Baptiste, voix qui s’élève dans le désert, porte la Parole : « Le Royaume de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. »
Jésus par sa présence accomplit la promesse et nous donne la loi nouvelle d’aimer comme Dieu nous aime, d’aimer comme lui Jésus nous a aimé en donnant sa vie pour nous. Sa parole jaillit en nous comme source de vie éternelle. Elle met au plus profond de nos cœurs son Esprit pour que nous puissions prier avec Jésus : « Abba, Père … » Dans cette prière chaque jour nous renouvelons la demande : « Que ton règne vienne »
Nous vivons donc dans l’attente d’un accomplissement, dans l’attente d’une
rencontre qui va donner à notre vie toute sa force, sa réalité, sa vérité.
La réussite de la création et de l’histoire des hommes n’obéit pas à une sorte de
déterminisme mais surgit de la liberté, la liberté de Dieu qui espère et attend
la liberté des hommes, la liberté des hommes qui font de la place pour Dieu en se faisant de la place les uns pour les autres, une place vraie, une place dans la paix et la justice.

Le monde des hommes ne peut se construire sans leur engagement. Notre histoire est déchirée de crises : une justice nouvelle va naitre. La vie des hommes vaut plus que le sort qui lui est fait. Leur horizon ne peut être oblitéré, enseveli sous la chape de plomb de la violence, du mépris et de la désespérance.
Dieu fait honneur à la vie. Il vient.
Les prophètes n’ont pas caché le côté redoutable du jour de Dieu. Ceux qui pactisent avec la violence et la mort, ceux qui se ferment à toute justice en mesurant tout selon leur propre jugement, ceux-là ne peuvent tenir.
Jésus parle sur le même ton. La création, la vie, le monde n’ont de consistance que dans l’amour. Cet amour est certain. Il est plus vrai que la réalité. Il est la réalité.
Ne nous trompons pas. Laissons-nous instruire…
Philippe RAST

Haut de page