L’archiconfrérie de Notre Dame de Confession

La confrérie a un double but :
le culte de ND de Confession et l’entretien de la chapelle sous-terraine d’une part, l’exercice de la charité d’autre part

La bulle du 13 juillet 1195 est le premier document qui témoigne de l’existence de la confrérie (cartulaire de St-Victor, Tome II p.269, n°884).
Le pape donne aux confrères le privilège d’assister à l’office des moines même en cas d’interdit pontifical jeté sur l’ensemble du territoire marseillais.
Le conseil de la confrérie était constitué de 24 prieurs élus pour 6ans et renouvelés tous les ans par groupe de 4. La confrérie distribuait des deniers aux offices funèbres de leurs membres et le peuple attribuait de grandes vertus à ces deniers.
La confrérie disposait aussi d’un banc, près de la porte du mandat, pour distribuer des dons aux pauvres.

La confrérie fut rétablie le 2 février 1886 par Mgr Robert, évêque de Marseille.
La confrérie a un double but :

  • le culte de ND de Confession et l’entretien de la chapelle sous-terraine
  • l’exercice de la charité

Son règlement de 14 articles a été signé et envoyé à l’évêque le 30 janvier 1885, approuvé par le vicaire général le 20 janvier 1886 et promulgué par l’évêque le 24 janvier 1886, fête de la translation des reliques de Saint Victor.

Haut de page