Eugenia

La vie et la foi d’ une chrétienne du 3° siècle
L’épitaphe du couvercle de son sarcophage

La noble Eugenia, issue d’un sang illustre, qui est vivante par ses mérites, gît ici dans ce tombeau. En mourant elle a dépouillé sa vie du poids de son corps, afin de pouvoir mieux gagner les demeures célestes

Elle resta sage par la pondération de ses mœurs ; avisée, elle choisit toujours une occupation digne de louanges.

Empressée, joyeuse, elle courut rassasier les affamés, tant elle avait faim de tes festins, Ô Paradis !

Les captifs, au prix de sa fortune, elle les délivra de leurs chaines iniques, et ceux qui avaient été chassés de leur terre, elle les rendit à leur famille.

Elle dont l’esprit fut tourné vers le bien tout au long de sa vie, les actions exemplaires furent son unique souci. Comme elle est morte sans lignée, recommandable par ses douze lustres, son aïeule l’a ici ensevelie avec des larmes pieuses.
(Traduction Jean Guyon)

Haut de page