Dimanche 30 Novembre 2014

Il est venu d’abord dans la chair et dans la faiblesse ; puis, dans l’entre-deux, Il vient en esprit et en puissance ; enfin Il viendra dans la gloire et dans la majesté.
Dans la première le Christ fut notre rédemption, dans la dernière Il apparaitra comme notre vie, et entre temps Il est notre repos et notre consolation.
Saint Bernard

Guetteurs réveillez-vous

Nous entrons dans l’Avent.
Nous voici à quelques jours de Noël.
L’évènement se prépare, d’où l’orthographe du mot « Avent » avec un « e ».

Notre foi fait de nous des veilleurs, des guetteurs dont le cœur est habité tout en même temps par une certitude absolue et une disponibilité non moins absolue à l’imprévu qui veut se révéler. Certitude absolue : le Seigneur a vaincu la mort, déchiré le ténèbres du péché, en Lui resplendit la victoire de la vie. Disponibilité à l’imprévu : la lumière de la vie et de l’amour appelle au jour des vies toujours nouvelles dont la présence en retour laisse pressentir l’immensité du mystère qui est venu vers nous. Cette certitude et cette disponibilité trouvent leur fondement en Dieu. Notre Dieu vient à la rencontre de sa créature. Il ne cesse de la chercher depuis l’aube de la
création. Dieu lui-même est en attente. Il ne peut vivre la rencontre sans la présence de vivants qui répondent à son attente.
Au cœur de la liturgie de la messe nous proclamons la puissance de création de ce mystère noué à Noël dans l’humanité de Jésus : « Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus, nous célébrons ta résurrection, nous attendons ta venue dans la gloire. »

Ecoutons Saint Bernard : « Nous savons qu’il y a une triple venue du Seigneur. La troisième se situe entre les deux autres. Celles-ci en effet sont manifestes, celle-là, non. Dans sa première venue, il a paru sur la terre et il a vécu avec les hommes, lorsque --- lui-même en témoigne --- ils l’ont vu et ils l’ont pris en haine. Mais lors de sa dernière venue, toute chair verra le salut de notre Dieu et ils regarderont vers celui qu’ils ont transpercé. La venue intermédiaire, elle, est cachée. Les élus seuls la voient au fond d’eux-mêmes, et leur âme est sauvée. Ainsi il est venu d’abord dans la chair et dans la faiblesse ; puis, dans l’entre-deux, il vient en esprit et en puissance ; enfin il viendra dans la gloire et dans la majesté. Cette venue intermédiaire est vraiment comme la voie par laquelle on passe de la première à la dernière : dans la première le Christ fut notre rédemption, dans la dernière il apparaitra comme notre vie, et entre temps il est notre repos et notre consolation. »
Sermon sur l’Avent. Editions cisterciennes 4. Office des lectures du 1° mercredi de l’Avent.

Repos et consolation  : aujourd’hui nos cœurs et nos âmes sont libres pour aimer et pour croire, ardents d’attention et de foi.
Le Seigneur vient à la rencontre de celui qui pratique avec joie la justice. 
Dieu est fidèle : Il vous a appelés à vivre en communion avec son Fils Jésus.
Le Seigneur vient.
Philippe RAST

Haut de page