Dimanche 24 Avril 2016

AMOUR, AMBITION, ÉPREUVE, APOCALYPSE ET GLOIRE

Nous recevons donc avec grande joie le commandement d’aimer. Donnons-lui toute la place. Ne l’enfermons pas dans notre horizon tout personnel, sentimental et affectif. Ce commandement nous fait serviteurs de l’engagement de Dieu.

Dieu lui-même se donne.
Sur la croix de Jésus sa gloire donne toute sa puissance de vie et de résurrection.
Dieu est à l’œuvre aujourd’hui.
Avec nous Dieu bâtit son royaume. Voici que nous avons part à son œuvre, à son épreuve : « Il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le Royaume de Dieu. » selon l’exhortation de Paul et de Barnabé.
L’apocalypse donne à notre ambition sa vraie mesure, la mesure de Dieu.
« Voici que je fais toutes choses nouvelles ! »

AMOUR, AMBITION, ÉPREUVE, APOCALYPSE ET GLOIRE

Au cœur de notre vie, le commandement d’aimer.
Il habite depuis toujours la prière du peuple de Dieu : « Ecoute Israël, tu aimeras
le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ta force, de tout ton esprit et
tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Le commandement est ancien.
Il est donné par Jésus : « Je vous donne un commandement nouveau, c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. Le commandement est nouveau. C’est la passion de Jésus, sa mort et
sa résurrection qui lui donnent sa nature et sa puissance.
Le commandement nouveau que nous recevons nous fait entrer dans un amour tout d’offrande, de don et de présence dont la détermination est la vie, une vie nouvelle, une création nouvelle des êtres qu’il embrasse de son espérance et de sa foi.

Cette œuvre de création affronte le néant, l’absurde qui veut saper tout appui, le mensonge qui ruine toute confiance, la violence qui domine et écrase toute liberté.
Cette libération ne peut choisir des armes qui trahiraient son attente, elle ne peut choisir des armes qui s’imposent par la force. Elle ne peut que choisir le chemin de la rencontre, un chemin très exposé, tendu vers ce qui est juste et vrai et qui donc peut être accueilli dans la communion et dans une alliance.

Que les abîmes du mensonge soient comblés, que les sommets de l’orgueil soient abattus, seule une présence chaleureuse, simple et humble, libérante, inspirante, peut accomplir le miracle. Le miracle : Dieu approche et l’homme entre dans sa vérité.

La gloire de Dieu, sa fidélité plus solide que le roc, viennent donner une belle assise au monde des hommes, ce monde qu’ils bâtissent en nommant toutes choses pour les faire venir à l’existence, ce monde qu’ils créent dans sa nouveauté vraie en se recevant de la grâce et de l’amour de Dieu.

Nous recevons donc avec grande joie le commandement d’aimer. Donnons-lui toute la place. Ne l’enfermons pas dans notre horizon tout personnel, sentimental et affectif. Ce commandement nous fait serviteurs de l’engagement de Dieu.

Dieu lui-même se donne.
Sur la croix de Jésus sa gloire donne toute sa puissance de vie et de résurrection.
Dieu est à l’œuvre aujourd’hui.
Avec nous Dieu bâtit son royaume. Voici que nous avons part à son œuvre, à son épreuve : « Il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le Royaume de Dieu. » selon l’exhortation de Paul et de Barnabé.
Avec Lui notre Dieu, nous partageons la même espérance, la même ambition,
celle d’une création nouvelle sur laquelle la mort n’a plus aucun pouvoir, celle d’une communion que rien ne peut déchirer.
« Voici la demeure de Dieu avec les hommes. Dieu-avec-eux sera leur Dieu.
Il essuiera toute larme de leurs yeux. La mort ne sera plus. »

L’apocalypse donne à notre ambition sa vraie mesure, la mesure de Dieu.
« Voici que je fais toutes choses nouvelles ! » Philippe RAST

Haut de page