Dimanche 22 Mars 2015

Pâques : Vocation du baptisé

Dans l’épreuve nous pouvons nous tourner vers la croix, nous attacher à elle, déposer en elle le poids de nos propres croix. En elle nous pouvons venir puiser à la fidélité de Dieu comme à une source d’eau vive. En elle jaillit la fécondité de Dieu dans toute sa puissance.
Mystérieusement Jésus donne cette fécondité aux hommes qui s’approchent de lui. Voici qu’ils reçoivent dans le signe de la croix une vocation nouvelle.

Pâques : Vocation du baptisé

Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, non pas pour juger le
monde mais que par Lui le monde soit sauvé.
Quand nous contemplons la croix de Jésus, nous la contemplons dans la lumière de la résurrection. En elle la puissance de communion qui unit Jésus au Père, anéantit ce qui détruit notre vie, le péché qui divise les communautés et nous déchire au plus profond de nous-mêmes. Le venin du péché ne peut plus empoisonner notre vie jusqu’à la mort.
La fidélité de Jésus, sa tendresse, sa miséricorde, son attachement aux hommes à qui il veut révéler leur dignité, sont rejoints par la fidélité du Père qui relève Jésus d’entre les morts. Le signe de croix est donné aux hommes pour leur guérison. Dans l’épreuve nous pouvons nous tourner vers la croix, nous attacher à elle, déposer en elle le poids de nos propres croix. En elle nous pouvons venir puiser à la fidélité de Dieu comme à une source d’eau vive. En elle jaillit la fécondité de Dieu dans toute sa puissance.
Mystérieusement Jésus donne cette fécondité aux hommes qui s’approchent de lui. Voici qu’ils reçoivent dans le signe de la croix une vocation nouvelle.
Quelques grecs sont montés en pèlerinage à Jérusalem, hommes du peuple de Dieu mais de culture hellénistique. Ils viennent sans doute de loin et ils sont en recherche, un peu comme les premiers disciples sur les bords du Jourdain, partis à la suite de Jésus pour lui demander : « Maitre, où demeures-tu ? » L’un d’eux était d’ailleurs André. Et c’est à lui que Philippe, le disciple appelé le lendemain par Jésus, vient parler pour qu’ensemble ils portent à Jésus la demande de ces grecs : « Nous voudrions voir Jésus. », une demande assez proche de la leur au tout début. La réponse de Jésus amplifie la première réponse : « Venez et voyez ! » Jésus demeure dans la communion avec le Père. Cette communion s’est plongée profondément dans notre humanité et s’est ouverte à elle pour la servir. Les disciples sont appelés à entrer dans cette communion. « Là où je suis, là aussi sera mon serviteur. »
Au jour le jour déjà Jésus donne sa vie. Le grain de blé tombé en terre, s’il meurt, donne beaucoup de fruit. Le disciple est appelé à porter lui aussi du fruit, il est appelé à la même fécondité. Dans le don de sa vie il est appelé à la même fidélité au Père. Dans le don de sa vie il est appelé à servir ses frères avec Jésus, pour connaître avec Jésus la puissance de l’amour du Père, puissance de résurrection et de vie éternelle. « Si quelqu’un me sert l’honorera. » Le Père fait entendre sa voix, Il donne à Jésus sa gloire en témoignage. Cette voix s’adresse aux témoins.
Nous marchons vers Pâques. L’ultime étape approche, l’heure d’entrer dans
l’obéissance de Jésus, l’heure de connaitre dans cette obéissance la puissance du salut, la puissance de la vie éternelle. Philippe RAST

Haut de page