Dimanche 1° Mai 2016

Mise en présence du Père

La résurrection de Jésus n’est pas la négation de son humanité. A chaque rencontre Jésus prend toutes les précautions pour qu’on ne le confonde pas avec un fantôme.
La résurrection de Jésus est simplement révélation dans cette humanité de Jésus de la plénitude de présence du Père.
La résurrection de Jésus est mise en présence du Père au moment où Jésus se donne, donne sa vie en témoignage pour la vérité. Ce témoignage est pour tout homme sous tous les cieux, dans toutes les cultures, à travers tous les âges. Il est l’œuvre de l’Esprit.

Mise en présence du Père

Dans sa Pâques, dans son dernier repas, Jésus est
entouré de ses disciples les plus proches, les apôtres. Son cœur est tourné vers les hommes que Dieu aime et qu’il ne peut donc tenir à l’écart.
La Bonne Nouvelle que Jésus a vécue est celle de l’ouverture toute grande des portes du Royaume. Dieu veut libérer. Il veut réconcilier. Il se réjouit et s’émerveille des cœurs qui se sentent en connivence avec son propre désir de voir fleurir la vie.

La Pâque de Jésus est ainsi tournée vers la multitude des hommes.
Le lavement des pieds est un geste fondateur : « Si moi le Maître et Seigneur, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. »
L’engagement de Jésus au pied des apôtres veut libérer leur puissance d’amour pour les hommes qu’il leur confie. Jésus donne sa vie pour eux. Son sang versé sur la croix est sang de l’Alliance nouvelle, sang versé pour la multitude.

Jésus donne sa vie dans sa fidélité au Père dont il témoigne la miséricorde inépuisable, miséricorde qui va jusqu’à justifier le pécheur en l’ajustant pour le rendre juste.
Jésus donne sa vie sans sa fidélité aux hommes qu’il a fait naître à une espérance
nouvelle, qu’il a revêtu d’une dignité inconnue, celle des fils et des filles de Dieu, et à qui il a confié les mots de paix et de confiance.
Jésus donne sa vie. La dureté des hommes ne peut avoir raison de la miséricorde du Père. Jésus ne peut renoncer à son témoignage.
Jésus donne sa vie. Il ne l’a plus. Il est enlevé aux siens. Il est enlevé aux hommes même à qui il a voulu manifester le salut de Dieu.
Jésus donne sa vie. La justice de Dieu est victorieuse du péché qui déchire, disloque et divise. Jésus est bien présent à ceux qui sont vivants parce qu’il a donné sa vie pour eux et détruit l’horreur qui les anéantissait.
Jésus est ressuscité.
La résurrection de Jésus a donc deux facettes,
celle de l’absence
Jésus n’est plus là, il est parti vers le Père
et celle de la présence-
il vient de faire tout proche de ceux qui gardent sa parole, ceux pour qui le don que Jésus a fait de lui-même est puissance de vie pour aujourd’hui.

La résurrection de Jésus n’est pas la négation de son humanité. A chaque rencontre Jésus prend toutes les précautions pour qu’on ne le confonde pas avec un fantôme.
La résurrection de Jésus est simplement révélation dans cette humanité de Jésus de la plénitude de présence du Père.
La résurrection de Jésus est mise en présence du Père au moment où Jésus se donne, donne sa vie en témoignage pour la vérité. Ce témoignage est pour tout homme sous tous les cieux, dans toutes les cultures, à travers tous les âges. Il est l’œuvre de l’Esprit.

L’Esprit nous établit de plein pied dans la communion qui unit le Père et le Fils, quand nous gardons la parole de Jésus. Dans leur communion, le Père et le Fils viennent faire leur demeure en nous. Et cette communion est notre joie. En elle nous ne sommes plus soumis aux aléas mais seulement enflammés par la puissance de la charité
Philippe RAST

Haut de page