Dimanche 13 Mars 2016 : 5° dimanche de Carême : Lazare le Ressucité

Lazare le Ressuscité

Jésus pleure son ami Lazare. Lui Jésus est l’alpha et l’oméga. Lui Jésus est la
résurrection et la vie. Notre présent est fait pour accueillir la présence de Dieu,
présence d’amour que rien ne peut engloutir. La vie éternelle, la résurrection est l’actualité la plus brulante de notre existence.
Présenter nos demandes, accueillir le don de Dieu, confier nos pleurs au Seigneur. Dans ces étapes le Seigneur fait surgir notre profession de foi de baptisés :
Lui Jésus est le Messie, le Fils de l’homme, la résurrection et la vie
En lui nous sommes des vivants.

Lazare le Ressuscité

Le Seigneur a soif de l’attente de la Samaritaine. Il accueille le désir de cette femme et l’oriente vers une vie vraie, libre et réconciliée. Elle peut s’accepter, s’aimer. Le Seigneur le premier l’aime et l’accepte. Elle peut se tourner vers Dieu pour l’adorer en esprit et en vérité. Le Messie, le Christ, va venir. Il nous fera connaître toute chose, elle en est sure. Et Jésus de lui répondre : « Moi qui te parle, je le suis. »
Jésus voit la vérité du cœur de l’aveugle. Cet homme est libre : ni lui, ni ses parents n’ont péché. Cet homme comprend que Jésus le prend au sérieux. Cet homme est prêt à recevoir le don de Dieu. Le don, la grâce de Dieu seront pour lui la mesure de toutes choses, le critère de tout discernement. Le jugement est scellé dans
la décision prise à l’égard de Jésus. Il est ainsi le Fils de l’homme qui viendra au
dernier jour, rassembler toutes les nations pour les présenter au Père. Jésus est
venu pour un jugement. « Crois-tu au Fils de l’homme ? » demande-t-il à l’aveugle-né. « Tu le vois et c’est lui qui te parle. »
Dans la rencontre avec Jésus, le temps de Dieu surgit au cœur de l’histoire des hommes. Les promesses sont accomplies. Le Royaume est largement ouvert.
À ceux qui ont soif de vérité il est donné de vivre selon le cœur de Dieu.
Le jugement révèle déjà le poids d’amour qui donne à chaque vie sa gloire et son éclat. Le don de Dieu est lumière pour une vie nouvelle.
La samaritaine et l’aveugle-né vivent un raccourci qui les projette au terme de
l’histoire. Ils se tiennent devant le Messie, devant le Fils de l’homme. Le présent de Dieu se fait présent des hommes. La présence aimante de Dieu transfigure notre présent. Il devient présence à Dieu dans l’action de grâce, dans la reconnaissance et dans l’amour. Dans la confiance cet amour sera la mesure de notre présence à la vie, à notre entourage et à Dieu.
Marthe et Marie, mais surtout Marthe, vont vivre le même raccourci. Elles savent que leur frère Lazare est un homme juste et vrai, libre et bon. L’engagement de Jésus pour l’homme est son propre engagement à lui Lazare : leur frère aime
recevoir le Seigneur après ses longues prédications à Jérusalem. Elles aussi sont heureuses, Lazare est leur ami. C’est donc certain : Lazare est bien inscrit dans
le cœur de Dieu. Sa vie ne peut être perdue, elle a la solidité de l’amour de Dieu. Elle est donc faite pour l’éternité.
Mais le raccourci est là. C’est aujourd’hui même que cette vie ne peut être engloutie dans les ténèbres, les abimes et la mort.
_ Marthe affirme bien sa foi : « Je sais qu’il ressuscitera au dernier jour » Jésus la coupe : « Je suis la résurrection et la vie. »
Jésus a soif du désir de la samaritaine. Il se fait reconnaître comme le Messie qui introduit à la vérité dans sa plénitude.
Jésus voit la confiance de l’aveugle-né. Il se fait connaitre comme le Fils de l’homme dont le jugement révèle l’authenticité des cœurs.
Jésus pleure son ami Lazare. Lui Jésus est l’alpha et l’oméga. Lui Jésus est la
résurrection et la vie. Notre présent est fait pour accueillir la présence de Dieu,
présence d’amour que rien ne peut engloutir. La vie éternelle, la résurrection est l’actualité la plus brulante de notre existence.
Présenter nos demandes, accueillir le don de Dieu, confier nos pleurs au Seigneur. Dans ces étapes le Seigneur fait surgir notre profession de foi de baptisés :
Lui Jésus est le Messie, le Fils de l’homme, la résurrection et la vie
En lui nous sommes des vivants.

Philippe RAST

Haut de page