Dimanche 12 Juin 2016 : 11° dimanche ordinaire C

Jésus le Miséricordieux

Contemplons aujourd’hui le Christ et sa miséricorde.
L’amour prévenant du Christ n’hésite pas à aller au-devant de toute détresse et un cœur blessé ne le laisse pas indifférent.
Rien d’irrémédiable ici-bas : pas de voie sans retour, mais la certitude qu’au bout du chemin nous attendent les bras ouverts de Jésus qui, depuis qu’ils ont été cloués sur la croix, ne se refermeront plus.

Jésus le Miséricordieux

Contemplons aujourd’hui le Christ et sa miséricorde.
L’amour prévenant du Christ n’hésite pas à aller au-devant de toute détresse et un cœur blessé ne le laisse pas indifférent.
Il transforme un pécheur en fidèle, un être perdu en ami de Dieu.
La scène évangélique de Jésus invité chez le pharisien Simon décrit la conduite, étrange aux yeux des justes, de Jésus et de la femme pécheresse.
On sent le Christ au-delà des conventions de bienséance. A l’indignation, feinte ou réelle, de son hôte, Jésus répond indirectement, car il ne veut pas le blesser, mais il veut tranquillement lui donner une leçon.
Cette leçon est aussi pour nous. Qui que nous soyons et quel que soit le stade de notre conversion, il y a possibilité d’approcher Jésus. Il se laisse toucher
encore aujourd’hui par les pécheurs que nous sommes, pour lesquels il éprouve une sorte de prédilection, non bien sûr pour leur péché, mais à cause de leur pauvreté. Il suffit de la reconnaître et d’en faire un chemin vers le Christ.
Rien d’irrémédiable ici-bas : pas de voie sans retour, mais la certitude qu’au bout du chemin nous attendent les bras ouverts de Jésus qui, depuis qu’ils ont été cloués sur la croix, ne se refermeront plus.
Quand tu vois un pécheur s’approcher de Jésus, ne te dis pas qu’il est trop mauvais pour mériter de rencontrer le Christ, demande-toi plutôt si tu ne devrais pas faire de même. L’autre est-il vraiment moins bon chrétien que moi ? Sa
pauvreté, ses fautes ne me renvoient-elles pas à ma pauvreté et à mes fautes ?
Accueillons la miséricorde du Christ pour chacun de nous, pour nous-mêmes, pour nos proches, pour nos amis et même pour nos ennemis.
Cette femme va chercher au pied du Seigneur sa miséricorde ; nous aussi, n’hésitons pas à accueillir humblement la miséricorde du Seigneur, à la quémander, et à le remercier pour ce don que nous ne méritons pas.
Le Seigneur le sait mais il est heureux de nous donner sa miséricorde car il veut qu’elle nous retourne le cœur qu’elle nous pousse à devenir nous-mêmes miséricordieux envers nous-mêmes et envers nos frères.

Père Xavier Autonès

Haut de page