Diacre Germain DIOUF4 et 5 juillet 2015 14° dimanche ordinaire

Dieu est Lumière Le suivre avec confiance est synonyme de réussite, de bonheur.

HOMÉLIE – Germain DIOUF
Dimanche 5 juillet 2015 - Évangile de St Marc 6, 1-6

Dieu est Lumière

Le suivre avec confiance est synonyme de réussite, de bonheur. Tous les prophètes l’ont constaté. Ezéchiel que nous venons d’entendre a pu ressentir cette vérité éternelle lorsqu’il a reçu la vision. Il est très probable qu’il n’ait pas tout compris. Pourtant, il savait que chacune des parties de sa vision était porteuse de sens parce qu’elle émanait de Dieu en personne. Quand le Seigneur a vu son attitude ouverte et obéissante, il le remplit de son Esprit Saint. Plus loin, nous avons vu Paul plein de zèle et de fougue pour le Seigneur. Après avoir reçu les révélations les plus extraordinaires ; il n’avait qu’une seule chose en tête : parcourir toute la terre sans repos pour porter la bonne nouvelle de l’Evangile partout où il y a des hommes. Mais il avait une écharde dans sa chair c’est-à-dire une maladie quelconque qui l’empêchait de s’élancer. Etant de nature indépendante, cet handicap devait lui causer beaucoup de peine, de désolation. Au lieu de se laisser abattre, Paul se tourna vers le Seigneur, le priant 3 fois de le libérer de ce mal. Il n’a pas été exaucé ou plutôt si puisqu’il a reçu beaucoup plus et mieux que ce qu’il demandait. Saint Paul a su repousser l’orgueil qui le guettait par la prière et l’humilité. Suivons l’exemple de Paul.
Dans l’Evangile de St Marc que nous venons d’écouter, les gens du village de Nazareth, le pays de notre Seigneur, ont fait la démarche contraire de celle de Paul et du prophète Ezéchiel : ils ont tourné le dos à la lumière, au salut qui leur était proposé. Après avoir écouté un enseignement d’une très grande sagesse accompagné de prodiges et de beaucoup de miracles, les habitants du village de Jésus ne voient en lui qu’un simple charpentier. Ils sont scandalisés et choqués même que d’autres puissent être subjugués, charmés par lui au point de le suivre. Ils rejettent son autorité parce qu’il est l’un d’eux ni plus ni moins. Il a grandi et vécu à Nazareth tout comme eux. Ils connaissent Marie, sa mère, tous ses frères et sœurs …. Ils sont étonnés qu’on écoute et suive Jésus parce qu’ils croient le connaître. L’aveuglement de leur conscience était tellement grand qu’ils étaient incapables de voir au-delà des apparences. Jésus n’était pas le 1er ni le seul prophète à être rejeté en Israël ; Jérémie aussi avait été rejeté dans sa ville. On peut penser que le village de Nazareth avait peur de découvrir qui était réellement Jésus parce que leur conscience aveugle, la jalousie et l’orgueil les empêchaient de voir la vérité, la lumière du monde qui leur étaient proposées, les privant ainsi de l’espérance. Mais Dieu n’abandonne personne. Il est patient avec son peuple d’Israël comme il l’est aujourd’hui avec nous tous.
Chers frères et sœurs, ne nous laissons pas aveugler par les partis pris, les préjugés. Ouvrons notre cœur à Dieu, soyons attentifs au bruit de son silence frémissant. Nous apprendrons alors à mieux connaître Jésus au lieu de nous tenir sur le rivage des apparences qui sont souvent préjudiciables. L’erreur du village de Nazareth doit nous servir de leçon. En tant que disciples du Christ, nous devons toujours recourir à la prière, très fréquemment pour échapper à l’orgueil, la conscience aveugle, la jalousie, la prétention, bref tout ce qui nous éloigne de Dieu. Reconnaissons notre petitesse, notre néant. Ayons toujours à l’esprit que, sans Jésus-Christ, nous ne sommes rien et nous ne pouvons rien faire. Saint Paul en a fait l’expérience en se tournant vers le Seigneur dans la prière par 3 fois. Que le Dieu tout puissant, par son fils Jésus-Christ, nous accorde la grâce d’aimer et de recourir à la prière humble et fervente. Il promet la certitude du succès de la prière par la constance et l’insistance. Prions donc avec audace.
Amen

Haut de page