Chapelle Saint-Mauront

Chapelle Saint-Mauront

Dans cette chapelle sont exposés les sarcophages des sept dormants, de saint Maurice, des compagnons de saint Maurice et celui de Julia Quintina.


Sarcophage dit "De quatre du nombre des Sept Dormants"
Fin du IVe siècle

B - 1.Sarcophage dit : De quatre du nombre des sept dormants (Fin du IVe siècle)

Fragment gauche d’un grand côté de cuve - Marbre de Carrare.
Ce sarcophage serait issu du cimetière de Saint-Victor

Cinq silhouettes fragmentaires, qui sont celles d’apôtres, se détachent sur un décor architectural qui rattache la cuve originelle à la série des sarcophages à "portes de cités". Dessiné au XVIIe siècle alors qu’il était plus complet, ce fragment pourrait appartenir à une scène de Tradition legis (Don de la Loi à Pierre) ou d’Anastasis (La Résurrection représentée sous la forme de la Croix triomphante).

Sarcophage dit "Des compagnons de saint Maurice"

B- 2. Sarcophage dit "des compagnons de saint Maurice" (fin du IVe siècle)

Fin du IVe siècle
Décor historié sur une grande face

Le Christ est assis au centre, dans une exèdre, les pieds reposant sur un rocher d’où sourdent les Quatre fleuves. Il enseigne à deux personnages tandis qu’un homme et une femme, en attitude de donateurs, l’adorent, agenouillés à ses pieds. Les scènes latérales associent Paul, à gauche (apparition du Christ et lapidation à Lystra), à la passion du Christ, à droite (arrestation-comparution devant Pilate qui se lave les mains).

Cette cuve est représentée dans un livre ancien avec un couvercle présentant un décor bucolique attribuable à une époque sensiblement antérieure, figurant en symétrie amours vendangeurs et moissonneurs séparés par une tessère anépigraphe portée par des génies ailés.

Sarophage dit "de Saint Maurice"

B- 3. Sarcophage dit de saint Maurice (fin IVe siècle)

Fin du IVe siècle, décor historié sur une grande face
Marbre de Carrare

Sous l’arcade centrale, le Christ avec à ses pieds l’Agneau, est assis sur la montagne d’où s’écoulent les Quatre fleuves du Paradis. Il tient le livre dont il donne l’explication aux apôtres groupés par deux sous d’autres arcades. Le thème relève naturellement des scènes d’enseignement et le décor architectural associant couronnes, dauphins, colombes est issu des motifs antiques christianisés.

Sarcophage de Julia Quintina
IIe siècle

Il aurait été réutilisé, à la fin du VIIe siècle pour recevoir le corps de Mauront, évêque de Marseille au VIIe siècle, et il sert de retable à l’autel de la chapelle consacrée à cet évêque. Le thème mythologique du décor figure la rencontre de Bacchus (à droite) et d’Ariane (à gauche), chacun représente sur un char à l’une des extrémités de la cuve et précédé d’un cortège de centaures et satyres. Au centre, deux victoires s’appuient sur le clipeus de l’épitaphe qui est porté par un tronc de palmier et par deux barbares enchaînés (un homme et une femme). Le recours à ces motifs triomphaux devait largement inspirer plus tard l’iconographie funéraire chrétienne.

  • Chapelle Saint-Mauront
Haut de page