19 Janvier 2° dimanche du temps ordinaire A

« Oui j’ai du prix aux yeux du Seigneur. C’est mon Dieu qui est ma force. »
Cet amour inconditionnel de Dieu, la puissance de cette communion envoient le serviteur vers la multitude des nations et dans l’accomplissement plénier de la prophétie, donne le Fils à notre humanité :
« Je fais de toi la lumière des nations. »
La personne de Jésus se reçoit totalement du Père et se donne totalement à Lui en étant pour l’humanité que Dieu aime et veut sauver, vrai don de Dieu.
Notre baptême nous constitue fils et filles de Dieu, à la ressemblance du Christ
Nous recevoir de Dieu, nous offrir au Père, être donnée à nos frères, voici notre vie de Fils de Dieu.

Nous voici encore sur les bords du Jourdain pour ce moment fondateur, celui du baptême de Jésus. Jean révèle la présence du Fils de Dieu au milieu des hommes.
Le prophète Isaïe, mystérieusement très à l’avance, nous permet presque d’entrer dans le cœur de Jésus qui reçoit du Père la Parole qui fonde sa vie. Dans une
plénitude qu’esquissait la figure du serviteur, Jésus vit dans la confiance et la
communion avec le Père.
« Oui j’ai du prix aux yeux du Seigneur. C’est mon Dieu qui est ma force. »
Cet amour inconditionnel de Dieu, la puissance de cette communion envoient le serviteur vers la multitude des nations et dans l’accomplissement plénier de la
prophétie, donne le Fils à notre humanité :
« Je fais de toi la lumière des nations. »
La personne de Jésus se reçoit totalement du Père et se donne totalement à Lui en étant pour l’humanité que Dieu aime et veut sauver, vrai don de Dieu.
Notre baptême nous constitue fils et filles de Dieu, à la ressemblance du Christ
Jésus, le Fils unique, ainé d’une multitude de frères. Notre vocation est bien de nous recevoir nous-mêmes, notre vie, notre corps, nos attaches et nos amours, comme don du père, et d’entrer dans la plénitude de la vie en nous donnant en retour au Père. La vérité de cette offrande entre dans la lumière et porte tout son fruit quand le Père nous donne à nos frères, pour servir en eux la vie, dans l’amour et la charité. Nous recevoir de Dieu, nous offrir au Père, être donnée à nos frères, voici notre vie de Fils de Dieu.
Sur les bords du Jourdain la puissance de la communion qui habite le cœur de Jésus peut rayonner en vraie lumière donnée aux hommes.
Nous contemplons le mystère et le chemin de la révélation.
Pour être reçu, le signe donné par Dieu doit pouvoir, en notre humanité rencontrer une disposition à le déceler, à l’interpréter, à l’intégrer dans l’orientation de la vie, à le prendre pour repère. Il ouvre l’horizon, il appelle à nous resituer. Il vient à la rencontre de notre liberté quand elle crée en donnant du sens à notre vie. Le signe
entre dans une histoire, une histoire d’alliance. Il la crée.
Pour être reçu mais aussi pour éclairer, illuminer, le signe se déploie dans le registre du témoignage. C’est l’œuvre de l’Esprit Saint.
Sur les bords du Jourdain nous voyons se croiser un faisceau de témoignages :
- le témoignage de Dieu dans le cœur du baptiste et son envoi en mission
- le témoignage des foules venues se faire baptiser qui confirment cette mission par les fruits qu’elle porte
- le témoignage implicite et silencieux des Écritures qui construisent l’espace
spirituel du baptiste comme d’une bonne part de la foule
- le témoigne de Dieu sur Jésus
- le témoignage du baptiste sur Jésus
Voici des indices précieux. Le Seigneur fait signe et appelle à la croisée de
témoignages multiples, témoignages de l’Esprit dans les écritures, dans notre cœur, dans la communauté croyante, dans la mission reçue, dans les fruits de communion et de paix qu’elle porte. Marchons à la boussole de l’Esprit Philippe RAST

Haut de page